Uncategorized

Ep 37. Cédric Klapisch « mettre en sens » – réalisateur, scénariste et producteur

Episode en 2 parties disponible sur vos plateformes préférées.

Pour cet épisode très particulier, j’ai eu l’immense plaisir d’échanger avec le talentueux Cédric Klapisch : réalisateur, scénariste et producteur de cinéma au parcours unique. 

Dans cette 1ère partie , Cédric nous explique comment chaque aspect à son importance :  la mise en scène, le casting, la technique.

Et comment il s’est retrouvé à suivre ses études à NYU. 

Vous apprécierez le lot de secrets de tournage, avec la  filmographie qu’on lui connaît, pour venir illustrer ses propos, sans oublier le pitch du 4è volet de la saga de l’Auberge Espagnole, en montage au moment de l’interview.

Cet épisode ravira les cinéphiles, étudiants de cinéma et tous les amateurs du 7ème art.

Références :

La  FEMIS 

NYU

Woody Allen

Spike Lee

Scorcese

Grand master flash

Netflix 

Amazon Prime

Megan Northam

Aliocha Schneider

10 pour cent

Un air de famille

Jean-Pierre Bacri

Agnès Jaoui

Chacun cherche son chat

l’Auberge Espagnole

Greek salad – salade grecque

Amazon Prime

Le péril jeune

Ni pour, ni contre, bien au contraire

Peut-être

Deux moi

Kevin Bishop

Riens du tout

Le péril jeune

Pio Marmaï

Ce qui nous lie

Romain Duris

François Civil

Anna Girardot

Pitof

16 mm 

DV

Festen

Lars Von trier

Films dogma

Camera HD 

Betacam

Split screen

L’affaire Thomas Crown

De Palma

Abel Gance

Ce qui me meut

Chacun cherche son chat

Etienne-Jules Marey

Chronophotographie

Thomas Edison

Praxinoscope

Zelig (Woody Allen)

Morceaux choisis :

On essaie de donner du sens à plein de petites choses. C’est ce que je fais avec les sons, les images, les dialogues, les décors, les couleurs. 

J’aime bien partir de l’acteur, il y a beaucoup de choses qui sont issues de l’acteur.

Il y avait une aventure de l’instant (à propos du tournage de l’Auberge Espagnole) 

Ils se sont rencontrés, il y avait quelque chose d’assez fort qui s’est passé dans le spectacle.

ça fabrique un truc très effervescent, électrique

C’était une matière de jeu, à la fois pour la comédie (…) mais qui est nourrie par quelquechose qui est super pas drôle, donc c’était intéressant de jouer avec tout ça.

depuis mon 1er long métrage, j’ai compris que quand il y avait : un couple, une famille, une bande de copain, il fallait partir d’une personne et construire autour. Que, dans un couple, on ne pas pas choisir un acteur qu’on aime bien et une actrice qu’on aime bien,… il faut partir de quelqu’un, et voir ensuite si l’autre va avec.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s