A méditer

Parentalité et slow life sont ils compatibles?

Au moment où j’écris ces quelques lignes, les enfants ont entamé leurs grandes vacances, et je vais tenter de donner ma vision sur le sujet.

En pleine partie de pétanque en famille

Un peu d’histoire : contrairement aux générations précédentes, lorsque les baby boomers étaient parents , le terme Slow Life n’éxistait pas encore. Et pour cause : la vie, telle qu’ils l’ont vécue était gratifiée de plein emploi, d’aucune maladie (avant le Sida et après la grippe espagnole et la guerre) , qui leur offrait le bonheur en abondance et la liberté de profiter de la vie de façon privilégiée.

Au-delà de ce constat, j’ai récemment pris conscience que la génération X, à laquelle j’appartiens et peut-être quelques générations suivantes de parents, ont vu la population croître de façon exponentielle durant ces dernières décennies (surtout en région urbaine) – ce qui contribue très largement à la dégradation de notre qualité de vie.

Il est loin le temps où les parisiens pouvaient allègrement aller sur les Champs Elysées (avec une circulation nettement plus fluide) dans leur propre véhicule qu’ils avaient le luxe de pouvoir garer dans les contre-allées de cette grande avenue de l’époque qui comptait des salles de cinéma tous les 50 mètres!

A ce sujet, ne confondons pas Slow Life avec Slow Transport, ce dernier terme étant la réalité qui pend au nez de ces mêmes parisiens dès septembre 2021 avec la limitation de vitesse à 30 km/h en ville ainsi que la fermeture prochaine de la Place du Trocadéro aux voitures !

Mais revenons-en à nos moutons : avec cette année marquée par la crise sanitaire, je ressens encore plus le besoin vital de bénéficier de leur pause scolaire en soufflant un peu et profitant de la vie comme il se doit. Mais ce désir reste un luxe difficilement atteignable – tout au moins sans interruption.

Parce que les enfants débordent d’énergie et revendiquent leur droit de « ne pas s’ennuyer ». Alors, à moins de les envoyer en colonie de vacances, en camp de scout, de les accompagner au Club Med, ou encore leur imposer une certaine discipline…. c’est une gymnastique pour organiser les sorties nature et activités de la journée, les repas tout en pouvant profiter soi-même de cette période estivale!

Je ne sais pas vous, mais la simple lecture au bord de la piscine est un challenge tant ils vont occuper l’espace de manière bruyante et stressante (en même temps, les dessins animés sur Gulli , étants d’un niveau sonore et d’un débit redoutablement élevés, pour éviter tout décrochage? – qu’on comprend mieux, même si ça n’excuse rien , qu’ils aient des standards sonores particulièrement élevés!) .

Bien sûr, je reste persuadée qu’une alimentation équilibrée (sans trop de sucreries), l’organisation de sorties régulières , de la lecture, la pratique sportive, les activités manuelles (…) peuvent aider ponctuellement .

Les meilleures ambassadrices en la matière sont pour moi Elisa de Et Dieu Créa ou la Toupie. Elles incarnent cet équilibre, cette slow life à laquelle nous aspirons tous. A noter qu’aucune des 2 n’habite la capitale (Elisa s’étant récemment installée en province).

Et vous? Avez-vous réussi à conjuguer parentalité avec Slow Life?

Pour vous aider dans vos recherches de lieux pour vos échappées en la matière : voici quelques adresses.

Les cousins en vacances

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s